Trois jours de terreur, de dévastation et de batailles entre hindous et musulmans à New Delhi

مشاهدة
أخر تحديث : jeudi 27 février 2020 - 9:13
Trois jours de terreur, de dévastation et de batailles entre hindous et musulmans à New Delhi

Sur fond de politique discriminatoire à l’égard des musulmans, des émeutes ont fait 34 morts et 330 blessés dans les quartiers du nord-est de la capitale indienne. L’opposition accuse le parti du premier ministre de conspiration

Chand Bagh n’est plus que dévastation. Les routes sont impraticables, jonchées de pierres, de débris de verre, de carcasses de voitures ou de motos et d’autres déchets carbonisés, sans doute les restes de magasins mis à sac. De la fumée s’échappe encore des immeubles incendiés. Les rues principales, d’habitude bondées, sont désertes. Tous les rideaux des magasins sont baissés. Seuls des vaches et des chiens errants fouillent dans les poubelles, qui ne sont plus ramassées

Après trois jours de heurts extrêmement violents entre hindous et musulmans, Chand Bagh, comme les autres quartiers du nord-est de New Delhi (Jafrabad, Maujpur, Babarpur, Brijpuri, Gokalpuri), se réveille douloureusement et compte ses victimes. Le centre de la capitale indienne se situe à une dizaine de kilomètres, relié par une voie rapide de deux fois trois voies, qui porte elle aussi les stigmates des affrontements. La grande station-service, comme la plupart des commerces bordant la route, a été incendiée

Dense et populaire, Chand Bagh abrite une succession de petites enclaves musulmanes et hindoues que rien ne distingue, sinon les mosquées, les temples et les noms inscrits sur les magasins.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Inde : New Delhi en proie à de violents conflits intercommunautaires

Les forces de l’ordre, totalement absentes ou inertes jusque-là, ont enfin été déployées, mercredi 26 février, après que le chef du gouvernement de New Delhi, Arvind Kejriwal, a demandé au ministre de l’intérieur d’assurer la paix et l’ordre dans la capitale. La veille, il avait fallu l’intervention nocturne de la justice pour que la police accepte d’assurer le transfert de victimes grièvement blessées, bloquées dans un hôpital local, vers un établissement mieux équipé capable de leur prodiguer les soins nécessaires

Par Sophie Landrin – lemonde.fr

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة World Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.