Tribune. Numérique : entre la Chine et les Etats-Unis, la troisième voie européenne

مشاهدة
أخر تحديث : mardi 11 février 2020 - 7:35
Tribune. Numérique : entre la Chine et les Etats-Unis, la troisième voie européenne

PDG de Whaller, un réseau social français qui assure ne pas utiliser les données personnelles de ses utilisateurs, Thomas Fauré plaide dans une tribune pour que l’Union européenne incarne « une troisième voie », un « non-alignement numérique » entre les Gafam américains et les BATX chinois

Voici la tribune de Thomas Fauré, PDG de Whaller, un réseau social français qui revendique de ne pas utiliser les données personnelles de ses utilisateurs : « L’Europe est aujourd’hui colonisée par les plus grandes entreprises de technologie au monde, les Gafam américains (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Demain, peut-être, par les BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi). Pour échapper à cette servitude, les Européens n’ont plus le choix : ils doivent s’unir et se battre pour s’affranchir. Car c’est en regagnant leur souveraineté numérique qu’ils conforteront leur souveraineté politique

L’Union européenne doit renforcer la régulation des plateformes numériques dans son espace. Pour cela, elle doit instaurer les conditions d’une concurrence loyale sur le marché numérique européen. Cela passe par la lutte contre l’optimisation fiscale des Gafam et une politique antitrust. Les soubresauts de l’adoption de la taxe numérique portée par notre ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, montrent qu’il faut changer la règle de l’unanimité au sein de la Commission européenne pour passer à la majorité qualifiée sur ces sujets

L’Europe peut être à l’avant-garde de la création d’un droit international du numérique

L’Europe doit également imposer que les plateformes, outils d’intérêt général, définissent avec les parties prenantes leurs règles d’usage. Elle peut être ainsi à l’avant-garde de la création d’un droit international du numérique. N’oublions pas que nous avons un atout majeur : l’Europe et ses 512 millions de citoyens-internautes sont vitaux pour les Gafam

Ainsi, tout pousse l’UE à proposer une troisième voie. Reposant sur le socle des valeurs de la culture européenne, elle offrirait, non seulement aux États qui la composent, mais aussi au reste du monde, une opportunité de « non-alignement numérique » entre les deux puissances qui se livrent une nouvelle guerre froide

Il manque en Europe les fonds d’investissement capables de mettre plus de 100 millions d’euros dans une start-up prometteuse

Pour réussir ce défi, il faut de l’argent. Beaucoup. Clé de voûte des futurs succès, il permet de financer la R&D et les futures licornes européennes. Actuellement, il manque en Europe les fonds d’investissement capables de mettre plus de 100 millions d’euros dans une start-up prometteuse pour permettre son développement

Ensuite, il serait normal, comme cela se pratique à l’étranger, notamment aux États-Unis, que l’UE impose une part d’achat de biens européens dans les marchés publics. Elle doit favoriser les solutions locales et non brandir comme un totem l' »open source » comme elle l’a fait jusqu’ici

À ce sujet, il conviendrait de promouvoir la proposition du dirigeant d’une des rares licornes européennes, le champion français du cloud OVH. Octave Klaba a lancé un manifeste pour la création d’un monde numérique alternatif, fondé sur les valeurs d’ouverture, de confiance et de respect de la vie privée. Baptisée vGafam (virtual Gafam), son objectif est de favoriser l’émergence d’acteurs européens de l’Internet capables de faire contrepoids aux géants américains

Nous prônons la création d’un groupe d’États volontaires […] afin de redessiner un internet mondial respectueux des libertés individuelles

Toutes ces transformations, l’UE peut les réussir à condition d’en avoir la volonté politique. L’entrée en fonction, le 1er décembre dernier, d’une nouvelle Commission européenne est une opportunité. La nomination, en son sein, de Thierry Breton au numérique est une bonne nouvelle. « Ce n’est pas à l’Europe de s’adapter aux Gafa, c’est aux Gafa à s’adapter à ­l’Europe », a-t-il déclaré. Il pourra s’appuyer sur la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, qui a déjà infligé, au nom de la lutte contre les abus de position dominante, plusieurs milliards d’euros d’amendes à Google, Apple et Facebook

Aussi, sans attendre l’unanimité des 27 États membres, nous prônons la création d’un groupe d’États volontaires pour peser sur la Commission et le Parlement afin de redessiner un internet mondial respectueux des libertés individuelles. Il n’est pas trop tard : c’est affaire de volonté et de convictions. Mais il n’y a « point de milieu » à la souveraineté, comme l’écrivait Jean-Jacques Rousseau. Elle est ou elle n’est pas. À l’Europe d’agir désormais souverainement

Par lejdd.fr

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة World Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.