L’American Film Institute lance son ciné-club en ligne.. Vidéo

مشاهدة
أخر تحديث : samedi 18 avril 2020 - 2:19
L’American Film Institute lance son ciné-club en ligne.. Vidéo

L’AFI, l’American Film Institute, propose chaque jour un grand classique du cinéma américain qui pourra être vu par tous, simultanément, sur la plateforme afi.com. Cerise sur le gâteau: chaque séance est présentée par une star hollywoodienne

Alors que les Etats-Unis subissent de plein fouet la pandémie du Covid-19, le site de l’Institut américain du film (AFI) propose chaque jour un classique du cinéma qui peut être vu par tous, et simultanément, sur sa plateforme. Une nouvelle expérience accompagnée d’anecdotes, de discussions et d’archives afin d’enrichir le visionnage

Cerise sur le gâteau: chaque jour, c’est une star qui présente le film de son choix. Steven Spielberg, dont sept de ses titres font partie de la liste des 100 plus grands films de tous les temps établie par l’honorable institution, est le premier à ouvrir le bal avec « Le Magicien d’Oz » et sa réplique si bien adaptée à la situation: On n’est jamais aussi bien que chez soi

A titre d’exemples, Robert de Niro a choisi « Docteur Folamour », sous-titré « Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe ». L’acteur de « Taxi Driver » rend hommage à cette comédie de Kubrick et à son génial comédien, Peter Sellers, qui joue trois rôles, dont celui de président des USA

Le soufflé parfait

Les femmes ne sont pas absentes. Sigourney Waever porte son dévolu sur « Blanche-Neige et les sept nains », premier dessin animé qu’elle a vu. L’héroïne de la saga des « Alien » se souvient de son plaisir à découvrir enfin une héroïne brune au cinéma. Elle s’étonne toutefois de la bêtise incommensurable des pères des contes pour enfants à choisir systématiquement en secondes noces des femmes cruelles, voire tueuses, avec leur progéniture

A déguster, la bande-annonce de Certains l’aiment chaud

Parmi les films sélectionnés, on citera encore « Certains l’aiment chaud », choisi par Helen Mirren qui compare cette comédie à un soufflé parfait, qui « comme chaque soufflé nécessite énormément de travail qu’on ne doit pas voir à l’écran ». Celle qui a incarné Elisabeth II évoque l’extraordinaire synchronisation entre un réalisateur, un scénario et trois stars. Avec malice, elle rappelle aussi qu’à l’époque Marilyn Monroe avait été payée trois fois plus que ses deux acolytes, Tony Curtis et Jack Lemmon

World Opinions Culture –rts.ch/info-culture

كلمات دليلية
رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة World Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.