Entretien : Je me demande si les écrivains d’aujourd’hui se droguent encore

مشاهدة
أخر تحديث : samedi 23 novembre 2019 - 3:59
Entretien : Je me demande si les écrivains d’aujourd’hui se droguent encore

Entretien | « Ecrits stupéfiants » est une impressionnante anthologie recensant les auteurs qui ont goûté, décrit, se sont inspirés ou perdus dans les psychotropes, à la recherche du fameux « dérèglement des sens » rimbaldien

Substances et dépendances. A 14 ans, Cécile Guilbert se défonçait à l’éther et savait qu’elle voulait devenir écrivain. Les deux passions n’ont pas immédiatement été liées, mais au fil des « soubresauts de [son] existence », elles s’entremêleront et s’alimenteront

L’aboutissement de ces parcours, littéraire autant que narcotique, est Ecrits stupéfiants. Drogues & littérature d’Homère à Will Self, une impressionnante anthologie recensant près de 300 textes d’auteurs et d’autrices qui ont goûté, décrit, se sont inspirés ou perdus dans les psychotropes. C’est un ouvrage d’utilité publique pour quiconque a, un jour, été attiré par ce que Rimbaud appelait le dérèglement des sens

On ne lit pas ces 1 400 pages d’une traite. On s’y plonge, on flâne entre textes au grand lyrisme et comptes rendus quasi médicaux, entre les auteurs majeurs dont on ne soupçonnait pas la consommation, et d’autres tombés dans l’oubli

On y apprend que, comme Charles Baudelaire ou Théophile Gautier, Alexandre Dumas père était familier du fameux club des Haschischins, repas mensuels où l’on s’intéressait autant à la littérature qu’au haschisch ; que Jean-Paul Sartre voyait des crabes partout après avoir pris de la mescaline ; qu’Amélie Nothomb peut décrire dans le détail les effets synesthésiques de la psilocybine, ou que Jules Verne a dédié un poème à la « sainte Morphine » qui calmait ses douleurs. On y lit aussi des mots crus, ceux de William Burroughs sur les « cauchemars du sevrage » ou ceux du grand poète autrichien Georg Trakl, cocaïnomane mort d’overdose en 1914 sans jamais avoir explicitement écrit sur son vice

Pour ne pas se perdre, les extraits sont présentés selon un classement datant des années 1920 et regroupant les drogues en fonction de leurs effets. On y fouille comme dans une pharmacie

Par Luc Vinogradoff et Romain Geoffroy – lemonde.fr

كلمات دليلية
رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.