En Algérie, l’édition devra aussi se remettre des années Bouteflika

مشاهدة
أخر تحديث : vendredi 8 novembre 2019 - 10:22
En Algérie, l’édition devra aussi se remettre des années Bouteflika

Cette année encore, les wagons du tramway qui relient le centre-ville d’Alger au Palais d’exposition des pins maritimes, où se déroule le 24e Salon international du livre d’Alger (SILA) du 31 octobre au 9 novembre, sont bondés. En 2018, selon les organisateurs, plus de 2 millions de visiteurs s’étaient pressés au SILA pour découvrir les dernières publications : livres étrangers, éditions algériennes, ouvrages religieux. « La majorité sont des livres religieux », souligne Boussad Ouadi, éditeur et libraire aujourd’hui à la retraite

Lui ne viendra pas. Peut-être à titre personnel rejoindra-t-il la foule curieuse ou simplement désireuse d’une occasion de flâner en famille. Mais il ne tiendra pas de stand pour exposer les livres de sa maison d’édition, INAS, qu’il ne s’est pas résolu à fermer. « Je n’ai pas demandé à tenir de stand depuis 2007 », raconte-t-il, attablé à la terrasse du jardin d’essai du Hamma à Alger

Cette année-là, j’avais publié le livre de Mohamed Benchicou, Les Geôles d’Alger, où l’auteur relatait ses deux années à la prison d’El-Harrach. Il y avait été incarcéré pour une histoire de bons du Trésor. Personne n’avait voulu publier ce livre. Je l’avais fait. L’injustice de son arrestation, après la parution de son livre sur Bouteflika, m’avait été insupportable , précise Boussad Ouadi. En 2004, M. Benchicou, ancien directeur du journal Le Matin, avait publié Bouteflika, une imposture algérienne, aux Editions Jean Picollec. « Il l’avait écrit alors que Bouteflika jouissait encore d’une certaine aura, notamment à l’international. Il a été l’un des premiers à démasquer le président », se souvient Boussad Ouadi

Piratage de livres

En 2007, lors du SILA inauguré par le président Bouteflika, le stand de Boussad Ouadi est fermé et la séance de dédicace prévue avec l’auteur annulée. La publication du récit a également valu à l’éditeur des dissensions personnelles avec la ministre de la culture, Khalida Toumi, qu’il avait connue militante avant qu’elle ne rejoigne le gouvernement [Mme Toumi a été placée en détention provisoire, lundi 4 novembre, accusée de dilapidation de l’argent public, abus de fonction et octroi d’avantages indus à autrui] . « J’avais essayé de la convaincre d’accompagner la structuration du métier de l’édition en créant des formations au métier d’éditeur, en développant un réseau de distribution… », raconte-t-il

Rien ne se passe ainsi et le secteur de l’édition n’échappe pas à la mauvaise gestion de la manne financière générée par la vente des hydrocarbures. Ils ont mis en place un système de subventions publiques, avec en son cœur une logique de récompenses de loyautés et d’accointances personnelles. Alors que nous étions à peine une vingtaine d’éditeurs au début des années 1990, nous avons atteint le nombre de 800 en 2016. Cela touchait à l’absurde, poursuit-il. Beaucoup se sont improvisés éditeurs pour avoir accès aux subventions distribuées à chaque événement commémoratif

Selon l’éditeur, ce système a encouragé le piratage de livres, l’à-peu-près dans la qualité et les contenus éditoriaux. Si on regarde les livres algériens exposés au SILA, très peu se distinguent. Et je ne parle même pas des livres religieux, en majorité importés du Liban et des Emirats arabes unis. C’est un autre circuit de diffusion

Le milieu de l’édition sinistré

L’Algérie ne bénéficiera jamais plus d’une telle manne financière. Les revenus de l’Etat générés par les ressources pétrolières ont chuté depuis la baisse du prix du pétrole en 2014. « Tout est à reconstruire », déplore t-il. Pourtant, il avait beaucoup d’espoirs quand il s’est lancé dans l’édition au milieu des années 1980. « J’étais l’un des premiers à oser briser le monopole public », se souvient-il. Avec les éditions Laphomic auxquelles il s’associe, il publie notamment des auteurs marginalisés dans l’édition officielle. Il se souvient de sa première publication d’un texte politique : Entretien avec Tahar Djaout, de Mouloud Mammeri 1987

Avec l’ouverture démocratique en 1988, la possibilité de se constituer en association, de publier des journaux, des livres, le milieu de l’édition se développe. Boussad Ouadi se rappelle d’un temps glorieux : création d’un syndicat des éditeurs, formations, large réseau de librairies publiques et privées, participation à des salons du livre en Europe et au Maghreb… Il rejoint l’ENAP, l’Entreprise nationale algérienne de presse, l’une des librairies étatiques à Alger. Il importe des livres introuvables partout ailleurs en Algérie et les vend sous le comptoir. « La librairie dépendait du FLN, véritable Etat dans l’Etat, qui nous laissait une grande marge de liberté. », se souvient-il

Puis le choc survient avec l’attentat contre son ami, journaliste et écrivain algérien, Tahar Djaout, le 26 mai 1993, tué « par un gamin armé de 19 ans ». Pendant cette décennie noire, guerre civile opposant l’armée aux islamistes qui a causé la mort de près de 200 000 personnes, le milieu de l’édition est sinistré. Malgré les menaces, Boussad Ouadi ne quittera pas l’Algérie. Il ne renoncera pas. Il se lance dans l’importation de livres qu’il part vendre à travers le pays dans les rares librairies encore ouvertes à l’époque : « L’Algérie était en cessation de paiement. La priorité était donnée à l’achat de semoules, de sucre et d’huile. Pas de livres ! », se souvient-il

Ce n’est pas une librairie digne de ce nom 

Aujourd’hui, Boussad Ouadi remonte la rue Didouche-Mourad, anciennement rue Michelet, où se concentrent les librairies d’Alger-Centre : « Regardez, là, il y avait une librairie. Elle est devenue un magasin de vêtements et de chaussures. Ils y vendent du shampoing. » Les librairies étatiques ont été privatisées en 1997, souvent cédées à leurs salariés. « Ils sont nombreux à avoir cédé à la spéculation immobilière et vendu », précise-t-il

L’éditeur se fraie un chemin dans la foule de l’après-midi jusqu’à une autre librairie : « Celle-ci est encore en activité. Mais ce n’est pas une librairie digne de ce nom. C’est un espace où sont disposés sans réflexion des livres édités localement ou importés. » Il attrape un ouvrage : « Regardez ce livre sur Tlemcen. Il coûte 8 000 dinars [60 euros], c’est la moitié du SMIC algérien. Qui peut l’acheter ? Il n’y a aucune vision éditoriale, juste un choix éditorial motivé par une logique de prédation de la renteC’étaient les années Bouteflika. Le secteur de l’édition n’y a pas échappé

Quand on l’interroge sur des éditeurs algériens comme Barzakh qui ont acquis une réputation internationale, Boussad Ouadi répond que « c’est l’arbre qui cache la forêt, de beaux arbres devant une forêt qui pourrit ». Il s’excuse pour ses diatribes. Le constat est amer et il espère un changement avec le Hirak, le mouvement de contestation qui a débuté en février, « véritable tremblement de terre »« Il faudrait lutter contre l’argent sale pour récréer des circuits professionnels des métiers du livre, de l’auteur jusqu’au libraire. » Il s’arrête. « Je dis tout ça, mais j’ai baissé les bras », avant d’ajouter :  Momentanément j’espère

Par Dorothée Myriam Kellou – lemonde.fr

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.